Navigation – Plan du site

17 | 2018
Chercheurs en didactique, enseignants et formateurs : perspectives et collaborations

Sous la direction de Karine Bécu-Robinault, Christine Couture et Ghislain Samson

De nombreuses recherches en didactique des sciences et de la technologie (S & T) soutiennent l’ambition d’agir avec et pour les acteurs du système éducatif, avec un souci d’interactions fortes avec la communauté des enseignants, des formateurs, voire des concepteurs de programme. Dans cette mouvance, des chercheurs collaborent avec des enseignants, des formateurs avec pour objectif une meilleure connaissance et une amélioration de l’apprentissage, de l’enseignement ou de la formation. Ces acteurs en interaction portent des perspectives différentes, impliquant des postures non exclusives questionnant leurs rôles principaux. Selon leur fonction et posture, ils ciblent des perspectives relatives à la didactique des S & T qui ne sont pas nécessairement identiques. Ainsi, les premières questions précisant cet appel à contribution peuvent concerner la manière dont les chercheurs, enseignants et formateurs concilient ces perspectives dans leurs actions et leurs intentions.

En dépit de tentatives de valorisation de la recherche en didactique des sciences dans des revues professionnelles, les résultats peinent toujours à trouver une place dans les pratiques des enseignants. Ces difficultés sont parfois interprétées comme un déficit de formation concernant l’intérêt de mobiliser ces résultats pour concevoir ou implémenter des séances d’enseignement, ou comme une difficulté des enseignants à s’en emparer, à trouver légitime (voire même seulement possible) de les adapter pour les rendre compatibles avec des pratiques existantes. Or cette adaptation n’est peut-être pas si évidente et les résultats de la recherche manquent peut-être de balises pour que les enseignants s’en emparent. Pour franchir cet obstacle, la co-construction de savoirs portant sur la pratique devient nécessaire, par exemple lors de projets collaboratifs au sein desquels ces différents acteurs sont sollicités. Ces projets articulant « recherche, pratique et développement professionnel » répondent à trois critères : la co-construction d'un objet de connaissance entre des chercheurs et des praticiens, l’association d’activités de production de connaissances et de développement professionnel, la compréhension, par chacun des acteurs, du monde de l’autre. Une telle forme de travail génère une posture impliquée, voire ambiguë du chercheur, qui peut avoir des conséquences sur les recherches produites. Cette légitimité est source de nombreuses questions et critiques. De même, cette combinaison d’activités peut conduire à des confusions entre recherche et formation. De nombreuses typologies des recherches collaboratives ont été élaborées, comme par exemple la recherche collaborative également qualifiée d’herméneutique ou d’historique avec des visées décisionnelles ou interprétatives, la recherche-action, la recherche développement. Ces modalités de recherche ont acquis aujourd’hui une véritable légitimité au niveau international, notamment sous l’appellation Design-Based Research.

Concernant ces projets collaboratifs de recherche, associant chercheurs en didactique des S & T et enseignants, un certain nombre de questions méritent d’être traitées : quels sont les résultats de recherche en didactique mobilisés, par qui et dans quels contextes ? En quoi la recherche en didactique se nourrit-elle de ces projets ? Quelles sont les retombées de ces projets pour les acteurs ? En quoi de tels projets font-ils évoluer les pratiques professionnelles des participants ? Les réponses pourront porter sur des réflexions épistémologiques de didacticiens concernant ces projets collaboratifs, sur l’analyse, du point de vue de la didactique des sciences des enjeux, objectifs et processus en œuvre dans ces projets, ou sur la manière dont ces projets ont pu faire évoluer les questions de recherche et les approches théoriques en didactique des sciences. Une attention particulière pourra être portée sur la manière dont ces projets influencent les types de recherches conduites.

Dans ces projets collaboratifs, il s’agit souvent de réduire la distance, de tisser des relations entre les savoirs théoriques issus de la recherche en didactique des sciences et de la technologie et les savoirs en acte issus de l’expérience professionnelle des enseignants dans la perspective d’une didactique plus intégrative. Dans les textes attendus, on pourra donc questionner, du fait de l’attention particulière portée aux conditions d’enseignement et d’apprentissage, la possible transférabilité des résultats de ces recherches.

  • Logo Université de Lyon
  • Logo ENS Lyon
  • Logo ENS Éditions
  • Logo Institut français de l’éducation
  • Revues.org